Fantaisie Triste Testo

Testo Fantaisie Triste

Gli album più attesi alla fine dell'estate: da Ligabue a Vasco
I' bruinait... L'temps était gris,
On n'voyait pus l'ciel... L'atmosphère,
Semblant suer au d'sus d'Paris,
Tombait en buée su' la terre.

I' soufflait quéqu'chose... on n'sait d'où,
C'était ni du vent, ni d'la bise,
Ça glissait entre l'col et l'cou
Et ça glaçait sous not' chemise.

Nous marchions d'vant nous, dans l'brouillard,
On distinguait des gens maussades,
Nous, nous suivions un corbillard
Emportant l'un d'nos camarades.

Bon Dieu ! Qu'ça faisait froid dans l'dos !
Et pis c'est qu'on n'allait pas vite ;
La moelle se figeait dans les os,
Ça puait l'rhume et la bronchite.

Dans l'air y avait pas un moineau,
Pas un pinson, pas une colombe,
Le long des pierr' i' coulait d'l'eau,
Et ces pierres-là... c'était sa tombe.

Et je m'disais, pensant à lui
Qu'j'avais vu rire au mois d'septembre
Bon Dieu ! Qu'il aura froid c'tte nuit !
C'est triste d'mourir en décembre.

J'ai toujours aimé l'bourguignon,
I' m'sourit chaque fois qu'i s'allume ;
J'voudrais pas avoir le guignon
D'm'en aller par un jour de brume.

Quand on s'est connu l'teint vermeil,
Riant, chantant, vidant son verre,
On aime ben un rayon d'soleil...
Le jour oùsqu'on vous porte en terre.
Questo sito web utilizza cookie di profilazione di terze parti per inviarti pubblicità e servizi in linea con le tue preferenze e per migliorare la tua esperienza. Se vuoi saperne di più o negare il consenso a tutti o ad alcuni cookie consulta la cookie policy. Chiudendo questo banner, scrollando la pagina o cliccando qualunque elemento sottostante acconsenti all'uso dei cookie.